Top 5 du club, j’y ai cru ….

0
392
Triathlon à deux TAD M Vallée de l'iton natation vélo course à pied compétition
Triathlon à deux TAD M Vallée de l'iton natation vélo course à pied compétition

Top 5 du club, j’y ai cru ….

 

Dimanche 13 mai première épreuve de triathlon de la saison et surtout l’épreuve du club !

C’est-à-dire que c’est l’épreuve qui a été choisi pour ramener le plus de personne du club.

Sur 100 personnes au club nous avons été 67 personnes !!! Autant vous dire qu’on a fait carton plein !!!! Une ambiance de folie et c’est ça aussi la différence car entre mon première qui avait lieu l’été dernier où j’étais seul (Paris Garmin Triathlon) et celui-ci ça change pas mal de choses.

 

Nous avons décidé de participé au triathlon S ou M de la vallée de l’Iton près d’Evreux. Notre Jiji a réalisé son premier triathlon ! Elle a réussi à franchir la barrière horaire de la natation, non sans mal mais avec une détermination à toute épreuve ! Quand on commence à nager en Novembre on ne réalise pas que l’on va faire une épreuve en Mai qui comporte 750 m de natation ! Je vous laisse en savoir plus sur son article que j’aurai posté ICI quand elle l’aura écrit 😉

 

Pour ma part, ayant fait le M l’année précédente, je n’ai qu’une envie gommé toute mes erreurs passé pour enfin avoir un chrono sur M qui tienne la route sur lequel je n’aurai aucun regret.

Le parcours se décompose pour la natation en 1573.8 m avec une sortie à l’australienne en milieu de parcours. Concernant le vélo nous avons deux boucles à réaliser pour un parcourt total de 42.26 km. Et pour finir nous avions deux boucles de 5km en course à pied.

 

La préparation :

Manger avant son épreuve : Pour ma part j’ai dû manger entre le 1er tour à vélo et le 2ème de Jiji. Supportaire jusqu’au bout !! J Ça se résume en deux sandwichs préparé le matin même et une banane.

Le retrait des dossards après le finish de Jiji sur son S ! Toute contente de l’avoir fait en moins de …. Non mais vous croyez vraiment que je vais tout vous dire aller donc lire son article bande de fainéant.^^

Je suis donc le numéro 54 ! Et c’est partie pour récupérer le matériel de Jiji pour faire l’échange avec le miens. Bon c’est là qu’on s’aperçoit que ranger son vélo dans un sac de voyage c’est un peu long entre le démontage et remontage^^ Une fois le vélo de Jiji emballé j’en profite pour utiliser mon rouleau massant (article ICI), car durant l’épreuve de Jiji j’ai eu une bonne douleur en bas du dos et oui c’est ça quand on est une chochotte, on est capable de faire des km de nat vélo et run mais rester simplement debout c’est trop dur^^

Ma douleur est soulagée ! Top, je monte mon vélo je prépare mes affaires (barres, boissons, combis, chaussures, casque, Lunette…)

J’arrive dans le parc à vélo est là ça fait drôle car contrairement à celui de Paris ou je suis venu seul en compagnie de Jiji, nous avions un peu plus d’une rangé de vélo qui nous été dédié J Le top que des Oranges sur une ligne ! =)

Pour ma part c’était vraiment impressionnant et j’avais la banane J

Certains regards son tendre, d’autres taquin, d’autre complice, le top cette sensation de communion dans le parc.

C’est l’heure du débriefing avant course. Nous laisserons partir ces dames 4 min avant les hommes. Nous en avons la confirmation après la course c’est une belle erreur car quand le peloton homme revient sur les femmes c’est simplement un carnage ! Comme le dise les femmes de notre club : « ils nous ont passé dessus ! ».

 

C’est l’heure de l’épreuve : la vérité sur ses semaines d’entrainement

Nous avons le choix lorsque nous rejoignons la plage de couper par le lac afin de faire une première entrée dans l’eau. Pour ma part je n’ai qu’une envie c’est de voir mes premières sensation dans l’eau et me détendre pour ne pas refaire les bêtises du tri de Paris.

C’est une sensation agréable que j’ai dans l’eau et satisfait car je commençais à avoir chaud dans mon combis^^

De bonne sensation, on se retrouve dans l’eau avec le club amusé et on fait quelques longueurs pour vérifier ma condition. Je me sens bien.

Une fois sur le sable je cherche du regard les cadors !! Et surtout notre nageur pro du club, car c’est lui ma référence au départ. Une fois avec tous les loustiques, les femmes sont déjà partie, le compte à rebours est lancé et je n’ai pas d’appréhension et aussi étonnant que cela puisse paraitre pour quelqu’un de stressé, je n’avais pas de stresse. Juste une monté du cœur quand les arbitres on commençait à soulever le fil qui nous sépare de la plage. La main se positionne sur le chronomètre, prêt à en découdre, le pied droit devant le gauche en appui. Je visualise une dernière fois mes environs. Et la corne de brume retentie ! C’est le DEPART !! J

Première fois que je fais un tri avec le départ tous en même temps et je dois vous avouer que voir sur des vidéos c’est bien mais le vivre en vrai n’a rien avoir !!! C’est le top ! J’ai cette image en tête et je ne risque pas de l’oublié J

Le départ est rapide mais je le savais je ne cède pas beaucoup de terrain mais je commence à voir notre nageur pro s’envoler, je n’aime pas démarrer comme une brute alors je laisse partir en essayant de bien me positionner pour ne pas recevoir trop de coup mais je peux vous assurez qu’à deux reprises j’avais l’occasion de voir si j’allais être trop gentil comme à paris ou bien m’affirmer et j’ai choisi la deuxième option même si je n’ai pas fait de gros passage en force car je n’aime pas ça.

Difficile de juger quand on se retrouve dans l’eau je mets un peu de temps avant de n’avoir plus grand monde autour de moi. Je redresse la tête est là c’est ma première bouée J Respirant que d’un côté je décide de regarder du côté gauche et là je vois deux personnes, à ce moment-là dans ma tête : « bon bah mon guigui il va falloir que tu passes la seconde pour franchir la bouée en tête sert toi de tes pieds ! » heureusement je suis resté sur la droite dès le début, ce qui me placé en bonne position pour ce virage à droite. Nous l’avons passé à deux moi et quelqu’un dans ma vague. Je dois vous avouer que j’ai bien tapé dans la bouée avec la main ça freine comme il faut^^. Difficile de mettre des repaires sur des premiers passages de bouées mais je me pose et décide d’adopter une vitesse de nage car la course est loin d’être terminé.

J’ai depuis la première ligne droite la sensation que je ne peux pas forcer sur mes bras aussi bien que lors de ma sortie en mer pendant le stage. N’ayant pas de point de repère mon seul objectif est de nager a bonne allure jusqu’à la sortie à l’australienne. Je vérifie à l’approche de cette dernière mon positionnement en regardant si d’autres nageurs sont déjà sur leur deuxième tour mais c’est tard que j’en vois un ça me donne un coup de fouet en me disant aller tu n’es pas si loin c’est le moment d’une petite accélération. Je double et me positionne devant trois nageurs pour faire ma sortie tranquille avec la technique des pros, mais si vous savez se mettre debout et replonger. Je n’avais jamais essayé cette technique mais dans le feu de l’action ça fonctionne à merveille J

Je fais ma transition et entend des encouragements et avant de repartir ceux de ma Jiji ! C’est repartie je suis gonflé à bloc mais je prenant de gros appuis pour plonger je me coupe le dessous du pied et fais rentrer de l’eau dans mes lunettes (je les avais serré au mini part peur après seulement une deuxième utilisation (je sais ce n’est pas sérieux d’avoir changé de lunette avant la course)). Je ne perds pas mes moyens vides l’eau et repart mais je laisse un peu d’eau dans la lunette droite ce qui me met le doute sur un éventuelle deuxième arrêt pour les vider mais ne les voyants pas se remplir d’avantages je finis par m’en accommodé et repart de plus belle.

Ce deuxième tour est juste dingue car je réalise que je suis seul devant le deuxième groupe. Ma prédiction que j’avais faite à notre nageur pro à savoir que je préfère nager seul je serai surement entre son groupe et le deuxième. Je décide de me détendre pour gagner en efficacité dans ma glisse et là je réalise le sillon que je crée lorsque je prends ma respiration et regarde en arrière pour voir si quelqu’un est derrière mais je ne vois personne sauf une bonne petite vague que je crée en pyramide derrière moi. J’ai d’un coup la sensation d’un un zodiac.^^ Je trouve ça beau car je sais qu’une belle vague est créé avec de la vitesse, c’est simple je prends mon pied. Bon je passe la dernière bouée avant un retour en ligne droite jusqu’à la sortie. Je repasse dans la partie du lac ou se trouve une bonne concentration d’algues. Ça déstabilise mais je garde une vitesse pas si mauvaise. Je vois que certains sont revenus et voyant la distance qui me sépare du groupe au loin je décide d’accéléré.

Cette partie est assez interminable car on veut juste sortir de l’eau^^ Je finis par joindre le bord et après avoir pris mes appuis retombe légèrement dans l’eau pour soulagé mon pied qui été surement sur un truc pas très agréable comme un bon caillou^^

Je sors de l’eau, met mes lunettes sont mon front et coupe mon chrono, ouah attend je rêve ou je viens de voir 22min ?! Ah l’entrée du parc à vélo je vois Jiji qui n’en revient pas elle aussi de me voir là aussi tôt.^^

Je défais ma combinaison et prend le temps de mettre mes chaussettes puis mes chaussures de vélo, et oui je préfère courir avec car ce n’est pas des chaussures de tri et quand on les accroche pas au vélo et bas on fait de bon trou dans ses chaussures qui rappe le sol, croyais en mon expérience à l’entrainement pour ma prépas à mon premier tri^^

Je vais pour saisir mon casque et aperçoit Gilles qui passe en face de moi, (notre coach vélo) nous échangeons un petit sourire, je mets mes lunettes et c’est partie je me mets à courir jusqu’à la fameuse ligne qui me donne droit de monter sur mon fidèle destrier. Je m’arrête passe une jambe au-dessus de mon vélo… Quoi vous pensiez vraiment que j’avais le niveau pour sauter sur mon vélo en courant et hop c’est partie ?! Non mais redecendé sur terre, je n’ai pas envie de finir ma course maintenant^^ Bon fini les blagues je mets ma première pédale et tourne la tête sur la droite pour voir Gilles déjà là ! Dans ma tête : « Quoi mais il est déjà là ?!!! »^^ Et j’ai envie de dire heureusement car les deux gars devant nous avaient un peu de mal à s’élancer sur leur vélo, Gilles prévient qu’il double au milieu je prends la même route que lui et là nous montons la côtinette (oui une côte mais petite, bon ça suffit c’est moi qui écrit alors j’écris ce que je veux ! Quoi ça n’existe pas ?! Et bah maintenant Côtinette ça existe^^)

Un vacarme retenti je me retourne et vois les deux gars que l’on a doublé l’un sur l’autre sur le bas-côté ! Ouf on est passé ! Une fois sur la route on lance les chevaux ! Et c’est partie pour deux tours. Rapidement je n’aperçois plus Gilles passé 3/5km. Mais j’ai toujours ma barre dans la bouche que j’ai gobé une fois passé la Côtinette (c’est important les répétitions pour apprendre un mot 😉 ) Je suis un peu en dette d’oxygène alors je bois, et mange petite à petit mais j’ai bien dû mettre 6km à la manger^^ Je ne ferai plus ça !^^ Je comprendre pourquoi Romain Guillaume parle de liquide, comme une compote, dans son livre^^ Je ne l’ai pas fini mais je vous ferai un article à ce sujet.

La première boucle était assez intense, malheureusement rattrapé lors de la première côte par des débuts de crampes au deux mollets, lorsque je voulais tirer sur les pédales, j’ai dû me restreindre à forcer sur mes cuisses mais pas trop car mon genoux gauche est rapidement revenu me rappeler à l’ordre. Mon mal de dos a aussi fait sa réapparition c’était trop beau pour être vrai. Je vois donc étudier ça avant la course du week end prochain, quoi déjà la week end prochain ?! Oui et c’est un half mais surtout c’est mon premier 😉

J’ai donc poursuivi mon effort en constatant que mes progrès en vélo dù à ma semaine de stage. J’ai dû concéder des places avec environs 3 groupes qui m’ont dépassé sur l’ensemble du parcourt vélo. Enfin si on peut appeler ça des groupes mais ça gueulé pour le drafting^^ Et je dois que j’en ai vu certains ne pas s’en priver parfois.

Ah oui une règle que j’ai appris au dépend d’un gars du club qui a dû s’arrêter à la pénalty box suite à un carton bleu qui lui a été attribué pour avoir franchi une ligne blanche sur la route.

Je dois avouer que j’ai eu de la chance car j’ai surement du en franchir une pendant la course, ça arrive tellement vite ce genre de chose qu’on peut difficilement faire attention à tout pendant toute la durée de la course.

Un gars sur le bas-côté s’amusé à compter les gars au deuxième tour et m’annonce 39ème ?!! wouah je me dis un moment que ce mec ne s’avait pas compté^^

Je finis par déposer le vélo avec un très bon temps de course pour une moyenne de 33.7 km/h et Jiji m’annonce au parc à vélo que je suis 4ème du club ! 4ème 4ème 4ème ça raisonne dans ma tête. Je pars en course à pied après une transition pas trop mauvaise. Je bois ma gourde vélo avant de partir et prend une barre au cas où mais après avoir passé 6km à mâcher la barre je n’ai pas trop envie de retenter le coup. Je m’aperçois que ma douleur au dos n’est plus présente. Surement la position sur le vélo. Le ravito est prend un verre d’eau, je m’étouffe avec la première gorgé… pas très mâlin car c’est après étude de ma course que j’ai réalisé que cette fameuse gorgé ou je me suis étouffé me coutera cher. Je ralenti tousse, bois le reste du verre, le jette (dans la poubelle prévu à cette effet, je rappelle que nous sommes des triathlètes et que nous respectons donc notre environnement qui nous le rend si bien 😉 ) Je me relance, trouve une cadence et me dis que je vais avoir du mal à aller plus vite, je regarde ma montre et vois 14km/h quoi ?! Je ne suis pas à 13 km/h ?! Top ! Je sens rapidement que mon ventre se serre et se contracte synonyme de l’apparition d’un futur point de côté. Je ne panique pas, il me reste 9 km. Je ralenti vers 13.7km/h et essai de conserver une bonne respiration. J’aperçois Lolo qui arrive avec sa démarche de coureur « tranquille », je dis ça car il remue les bras comme si il courait à 11km/h alors qu’il est à 15km/h.^^ Je me dis que de toute manière que pendant la course à pied je vais forcément concéder des places. Je commence à analyser qui pourrait être derrière.

II me dépasse entre le 2ème et 3ème km mais le point de côté commence à se faire sentir. Mais je maintiens le cap. Mais arrivé peu avant le 5ème km j’aperçois Fafa, qui est mon challenger de cette course, aïe, je comme à me dire que je vais gérer et d’ici la fin de la course j’aurai peut-être retrouver toutes mes sensations de course pour avoir un finish d’anthologie avec lui J

Mais à 5.5km j’aperçois aussi Florian et là je me dis que ça va être plus dur à contenir. Je fais l’erreur d’accélérer mais c’est une erreur qui va me couter cher, j’avais oublié l’espace d’un instant mon point de côté sauf qu’à ce moment précis, il se manifeste de façon réel et concrète, je le paie direct ! 12km/h au compteur et j’ai un mal de chien, au ventre et à respirer. Je suis à cet instant déçu car je sais que j’ai fait l’erreur qu’il ne fallait pas commettre.

Florian me double, je tente de ralentir pour faire passer le point de côté qui me fais de plus en plus mal et là c’est le coup de trop, Fafa me double au bout de 30min de course à pied avec une petite phrase du genre : « au mais qui voit là ? » avec une fraicheur déconcertante, qui me rappel notre entrainement de fractionné sur piste de mercredi dernier. Un souffle court me saisit et la contraction sur mon côté droit du ventre m’oblige à m’arrêter. Je suis réaliste je diminué de vitesse jusqu’à 11km/h je ne pouvais plus continuer comme ça. Je tente de reprendre mon souffle pendant une minute et la douleur disparaît mais pas ma sensation de ventre creux qui est le signe que ça va recommencer. Je décide de repartir car je ne peux plus concéder de place. Je décide de finir la course à allure réduite. Je repense à un conseil pour enlever les points de côtés en appuyant à un endroit de la main que m’avait donné Sandrine, mais je ne parviens pas à trouver l’endroit car ce dernier est toujours là. Ce n’est qu’au 8ème km que j’appui à un endroit de mon ventre qui me soulage. Il faut 1km pour faire disparaître le mal et je parviens enfin à me détendre. J’en profite pour allonger mes jambes et passer de 11 à 13km/h. Je maintien appui jusqu’à la fin de ma course et me laisse dépassé par un gars à bout de souffle à 50m de la ligne et me dis dans mon fort intérieur « profites en mon gars car en temps normal je t’aurai mangé tout cru ».^^ C’est un peu frustré d’avoir encore des jambes à la fin de cette course à pied que je franchi la ligne. Les résultats parlent d’eux même avec le 127ème temps en course à pied sur 324 concurrents, 45min 11sec.

Pas que je sois un grand coureur mais je suis déçu car je n’aurai jamais pensé faire une aussi belle natation et un aussi beau vélo, donc forcément dans le global je suis content mais je suis quand même déçu de ne pas avoir eu le finish en course à pied que je voulais tant et qui aurait donné à cette compétition toute cette saveur.

 

Nous prenons le temps de nous ravitaillés et de nous féliciter J C’était une belle course, nous finissons après avoir repris des forces par aller encourager sur la ligne d’arrivée nos fidèles compagnons ! Et c’est une holà général qui se dessine pour l’arrivé de chacun de nos sportifs. Notre club familial retrouve ses couleurs, même après l’effort nous avons toujours de l’énergie pour nous soutenir les uns des autres.

 

Nous avons eu de la chance car de la pluie était annoncé mais nous avons eu pour le M un super temps et le S un peu froid mais j’espère avoir autant de chance le week end prochain^^

 

Pleins de beaux souvenir dans cette journée bien rempli entre le S et le M c’est une belle journée qui nous fait aimé notre sport et ce que nous sommes venu chercher en son sein.

 

Si vous avez des questions et ou réactions n’hésitez pas à en faire part dans les commentaires en dessous de cette article, c’est avec grand plaisir que je vous lis J car moi aussi je lis^^ J’insiste car vous venez de lire environs 3450 mots 😉

 

Bon ce n’est pas tout mais maintenant au boulot, on ne se repose pas sur ses lauriers et on retourne à l’entrainement pour de nouveaux moments magnifiques à vivre comme aujourd’hui pour moi et Jiji mais aussi pour vous je l’espère dans cette lecture assidu, je n’en doute pas J de cette article.

 

Ami triathlète à bientôt pour de nouveaux articles et de nouveaux échanges et pourquoi en compétition si nos routes se croisent =)

Design is not just what it looks like and feels like. Design is how it works.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here